EduWatt
WattPass
EduWatt
Système de contournement de dispositif différentiel résiduel

Dispositif de contournement permettant de tester les Dispositifs Différentiels Résiduels (DDR) tout en garantissant la continuité d’alimentation de la charge critique alimentée en aval dudit DDR.

Les fonctionnalités du WATTPASS

Contexte normatif et obligations

Déclinaisons commerciales du WATTPASS

Connexion du WATTPASS sur la distribution électrique

Formations à l’utilisation du WATTPASS

Conditions sine qua non à remplir pour utiliser le WATTPASS

ÉVOLUTIONS RÉCENTES

Nos clients

Les fonctionnalités du WATTPASS

Permet de bypasser une partie d’une distribution électrique tout en assurant la continuité d’alimentation vers la charge avale. Cette fonctionnalité permet notamment :

  • de tester les dispositifs différentiels résiduels ;
  • de remplacer les dispositifs différentiels résiduels ;
  • de procéder à des modifications de câblages (ajout ou suppression de départs, modification de l’architecture, etc.) ;
  • de procéder à des opérations de maintenance (resserrage des connexions, etc.)
  • etc.

tout en conservant l’alimentation de la charge située en aval.
La mise en œuvre du WATTPASS est particulièrement adaptée à la réalisation des tests obligatoires des DDR installés sur les circuits d’alimentations des salles serveurs afin de garantir la continuité de service pendant la réalisation du test.

Contexte normatif et obligations

Extraits de la norme NFC15-100

En courant alternatif, les circuits terminaux doivent être pourvus d’une protection complémentaire par dispositif différentiel de courant différentiel-résiduel assigné au plus égal à 30 mA conformément à 415.1 lorsqu’ils alimentent :

  • les socles de prise de courant de courant assigné au plus égal à 32 A ;
  • les socles de prise de courant installés dans des locaux ou emplacements de la classe d’influences externes AD4, quel que soit leur courant assigné ;
  • les socles de prises de courant dans les installations temporaires, telles que les installations de chantiers, quel que soit leur courant assigné.

620.2 Périodicité des vérifications périodiques

Après la vérification initiale, il convient que les vérifications des installations électriques soient effectuées avec une périodicité minimale selon les caractéristiques de l’installation, l’utilisation et l’environnement. La périodicité maximale entre les inspections peut être indiquée dans les règlements nationaux. Les principaux textes prescrivant les périodicités de vérification sont les suivants :

  • arrêté du 10 octobre 2000 pour les établissements recevant des travailleurs ;
  • arrêté du 25 juin 1980 modifié pour les établissements recevant du public ;
  • arrêtés relatifs aux installations classées ;
  • arrêté du règlement général des industries extractives.

620.3 Domaine des vérifications périodiques

Il est recommandé que les vérifications périodiques comprennent au minimum :

  • une inspection visuelle relative à la protection contre les contacts directs et indirects et la protection contre l’incendie et l’explosion ;
  • un essai de résistance d’isolement ;
  • un essai de continuité des conducteurs de protection ;
  • un essai fonctionnel des dispositifs différentiels, voir annexe B ;
  • un contrôle des dispositifs de protection contre les surintensités ;
  • la mesure de la résistance de la prise de terre. Les textes réglementaires appropriés, notamment l’arrêté du 10 octobre 2000, indiquent l’étendue des vérifications périodiques.

620.4 Rapport

A la suite des vérifications périodiques, un rapport doit être établi et doit comporter, en complément à toute observation relative à l’examen visuel et aux essais effectués, les informations relatives aux modifications et extensions non conformes aux prescriptions, en spécifiant les parties concernées de l’installation.

Extraits de l’arrêté du 10 octobre 2000

Art. 5. - La vérification périodique a pour objet de s’assurer du maintien en état de conformité des installations aux dispositions des sections II à V du décret du 14 novembre 1988 susvisé et des arrêtés pris pour son application. Elle a également pour objet :

  • l’examen de toute modification, autre que de structure, en vue de vérifier la conformité aux dispositions réglementaires des parties d’installation ainsi modifiées ;
  • le cas échéant, l’examen de l’incidence d’une modification d’affectation de locaux ou emplacements. Les méthodes et l’étendue de la vérification périodique sont précisées dans l’annexe I.

Le contenu du rapport de vérification périodique est défini à l’annexe II (parties 1 et 3). Lorsque le rapport est transmis au chef d’établissement par un vérificateur extérieur à l’établissement, le délai de transmission ne doit pas excéder cinq semaines à compter de la date d’achèvement de la vérification. La périodicité des vérifications est fixée à un an, le point de départ de cette périodicité étant la date de la vérification initiale. Toutefois, le délai entre deux vérifications peut être porté à deux ans par le chef d’établissement, si le rapport précédent ne présente aucune observation ou si, avant l’échéance, le chef d’établissement a fait réaliser les travaux de mise en conformité de nature à répondre aux observations contenues dans le rapport de vérification. Le chef d’établissement informe l’inspecteur du travail par lettre recommandée avec accusé de réception, accompagnée des éléments prouvant qu’il n’y a pas de non-conformité ou que les non-conformités ont été levées. Cet envoi doit comprendre, le cas échéant, l’avis des membres du CHSCT ou des délégués du personnel.

Essais des dispositifs de protection à courant différentiel résiduel en BT

Il est procédé, lors de chaque vérification, à l’essai de tous les dispositifs de protection à courant différentiel résiduel. La méthode d’essai utilisée devra permettre de s’assurer que les dispositifs de protection à courant différentiel résiduel déclenchent bien pour une valeur de courant d’essai compris entre le courant différentiel assigné et la moitié de ce courant.

Déclinaisons commerciales du WATTPASS

Selon votre besoin et l’étendu de vos installations électrique, nous vous proposons les solutions suivantes :

  • Achat d’un WATTPASS (voir gamme détaillée)
  • Location d’un WATTPASS (voir gamme détaillée)
  • Actions de formation pour une utilisation autonome du WATTPASS
  • Prestation de mise en œuvre d’un WATTPASS assurée par un technicien EduWatt

Gamme détaillée WATTPASS

Selon le besoin client le WATTPASS peut être décliné selon les options suivantes :

  • Disponible en 16A monophasé et 32A triphasé
  • Fonctionnement manuel ou entièrement automatisé
  • Option de comptage du nombre de DDR testés
  • Boîtier de test de bon fonctionnement du WATTPASS
  • Connectique spéciale (et prisonnière) pour les raccordement amont et aval du WATTPASS
  • Alarme sonore et/ou visuelle en mode découplée afin d’éviter les mauvaises manipulations
  • Verrouillage automatique du découplage en cas de non refermeture du disjoncteur en test, afin d’éviter toute erreur humaine de manipulation du WATTPASS.

D’autres options peuvent être développées sur demande.

Connexion du WATTPASS sur la distribution électrique

Le WATTPASS doit pouvoir se raccorder en amont et en aval du dispositif différentiel à tester. Pour cela plusieurs possibilités :

Pour les distributions électriques existantes :

  • Raccordement amont sur un disjoncteur disponible dans le tableau électrique alimentant le dispositif à tester
  • Raccordement aval sur un socle de prise disponible sur la distribution électrique alimentée par le dispositif différentiel à tester

Dans les deux cas de figure il est envisageable de mettre en place des dispositifs de détrompage afin que les prises de raccordement amont et aval ne soient pas utilisées à d’autres fins.

Pour les distributions électriques neuves

Les points de raccordements peuvent être intégrés lors de la phase de conception. Il est alors tout à fait envisageable de choisir une connectique spéciale à intégrer aux tableaux électriques pour le raccordement amont et aux bandeaux de prises pour le raccordement aval.

Pour les distributions électriques neuves, nous vous conseillons d’intégrer la possibilité de tester les dispositifs différentiels résiduels dès la conception du DataCenter : Plutôt que de placer les dispositifs différentiels résiduels dans une armoire divisionnaire en amont de la salle blanche, il est préférable d’intégrer les DDR aux bandeaux de prises. Cette solution permet en effet :

  • de limiter le nombre de départs en aval de chaque DDR, et donc de minimiser les courants de mode commun vu par chaque DDR, et donc de diminuer les risques de déclenchement différentiels intempestifs ;
  • d’offrir la possibilité d’intégrer au bandeau de prise le connecteur WATTPASS pour tester les DDR de chaque bandeau ;
  • d’offrir la possibilité d’intégrer à chaque bandeau des dispositifs de mesure (type ampèremètre) afin de connaître la puissance transitant par chacun des bandeaux ainsi équipés.

Exemple de bandeau de prise intégrant le dispositif différentiel résiduel http://www.pgep.com/pultimo/page02-concept-alimentation-electrique.htm

Le connecteur WattPss intégré au bandeau de prise est de type prisonnier et ne permet que le raccordement du WattPass ce qui interdit toute erreur de manipulation. Par ailleurs ce connecteur est de type IP2X pour sa partie femelle (intégrée au bandeau) mais aussi pour sa partie mâle (inétgrée au WattPass), Les risques d’électrisation sont donc nuls, ce qui permet de garantir la manipulation en toute sécurité du dispositif.

Formations à l’utilisation du WATTPASS (Français, Anglais)

Formation simplifiée :

  • Description de schéma de principe du WATTPASS
  • Démonstration et explication du fonctionnement selon le modèle choisi
  • Mise en situation et évaluation des stagiaires

Formation détaillée :

  • Présentation des Schémas de liaison à la terre et justification technique de la mise en œuvre des dispositifs différentiels résiduels
  • Présentation des textes normatifs détaillant la nature et la périodicité des tests
  • Explications des conséquences techniques et judiciaires de la non réalisation de ces tests
  • Description de schéma de principe du WATTPASS
  • Démonstration et explication du fonctionnement selon le modèle choisi
  • Identification et description des composants pour une maintenance active du WATTPASS
  • Mise en situation et évaluation des stagiaires

ÉVOLUTIONS RÉCENTES

  • L’intégration d’automates Zélio pour faciliter la reconnaissance des phases et le pilotage a permis de simplifier et de renforcer le fonctionnement des WattPass
  • Personnalisez votre WattPass en fonction de votre besoin :
    • intégration sur chariot ou sur diable pour plus de facilité de manutention
    • nombreux modes de raccordement vers votre installation électrique et vers vos charges critiques, avec notamment la possibilité de se raccorder par CANALIS
    • fonctionnalités de sécurité et de surveillance toujours plus nombreuses avec notamment la possibilité d’intégrer des centrales de mesures pour mesurer les puissances appelées par la charge
  • Trois types de WattPass sont disponibles en catalogue, déclinables en 16A, 32A et 63A :
    • le WattPass Mono-Mono (raccordement monophasé amont et aval, avec détection et inversion automatique Phase/Neutre)
    • le WattPass Tri-Mono (raccordement triphasé en amont et monophasé en aval, avec détection automatique de la phase avale)
    • le WattPass Tri-TriMono (raccordement triphasé en amont et triphasé ou monophasé en aval, configuration permettant de tester tous types de disjoncteurs avec un seul appareil)

Nos Clients

  • NATIXIS, sites de Lognes, Syrus et Antarès
  • IBM, site de Noisy le Grand
  • CRÉDIT AGRICOLE, site de Chartres et de Castres
  • ICDC, site d’Arcueil

CONTACT | LIENS | PLAN DU SITE
Siège social et Bureaux:
 Hôtel industriel Cap 19, 13  rue Georges Auric 75019 Paris
Tel : 01 40 18 56 44  -  Fax : 01 40 18 56 64
  Email : eduwatt@eduwatt.fr